Findikli

Turquie | Royaume d'Arménie en Cilicie

Visites : 2009, 2011


Toponymes connus

  • Findikli Turc Contemp.
  • Fındıklı Köyü Kalesi Turc Contemp.

Description

Français

Histoire

Le fortin de Fındıklı garde, à l’endroit où elles convergent, les entrées nord de deux voies importantes orientées nord-sud, qui permettent de gagner la plaine côtière depuis la Cappadoce. La première, la plus importante, est celle qui emprunte le col gardé par la grande forteresse de Gaban. La deuxième, légèrement plus à l’ouest, emprunte le col gardé par la forteresse de Mazgaç et débouche au sud-est de Kozan.

Malgré la hauteur du promontoire sur lequel le fortin est bâti, il n’y a pas d’inter-visibilité avec d’autre site connu.

Description

La région correspondant à l’entrée des voies de communication évoquées présente un relief très érodé. Les bâtisseurs ont retenu un des rares pitons rocheux pour y établir la forteresse. Le piton, de surface relativement faible, domine efficacement les environs et présente des faces verticales sur tout son pourtour. On accédait à l’intérieur de la forteresse par une rampe étroite aménagée dans le flanc ouest.

Par sa structure annulaire simple et sa taille, dont les caractéristiques reprennent rigoureusement celle du piton qui sert de support, le site de Fındıklı est un simple fortin de montagne. Pourtant, la qualité exceptionnelle de la maçonnerie des rares éléments de structure encore en place atteste du soin particulier qui fut accordé à sa réalisation.

Ainsi, à la proue sud, subsistent sur une quarantaine d’assises les vestiges d’une probable ancienne tour. Ce mur parementé est formé de moellons larges dont la face visible présente un bossage rustique bien dégagé par un liseré ciselé. L’appareil est à assises régulières.

Au bas du mur, sur une série de trois assises, les faces des moellons sont parfaitement dressées, ce qui forme visuellement une ceinture au caractère ostentatoire manifeste. On retrouve le même effet à Toprakale dans la grande tour circulaire du front nord du château haut ou encore, dans une autre sphère culturelle, à Margat (Syrie), sur la grande tour circulaire formant l’angle nord-ouest de l’enceinte urbaine et sur la tour éperon formant le front sud de la forteresse, même si dans ces deux cas, l’effet est renforcé car les moellons employés pour la ceinture utilisent un matériau différent de celui utilisé pour le reste de la courtine.

Sur ce même mur de parements, à mi-hauteur, dans un encadrement parfaitement conservé, un écu sculpté fait face au front d’attaque.

Partout, on observe des marques de tâcherons reprenant fréquemment la représentation de caractères de l’alphabet arménien.

Le fort de Fındıklı, gardien de l’entrée de voies de circulation gagnant le cœur du royaume, était assurément une place d’importance. Malgré sa taille modeste, le soin remarquable associé à sa mise en œuvre et le caractère ostentatoire des éléments préservés en attestent sans équivoque.