Yilan Kale

Turquie | Royaume Arménien de Cilicie

Visites : 2004, 2007, 2010, 2011, 2013


Toponymes connus

  • Yilan Kale - Yılan Kale Turc Contemp.
  • Château du Serpent
  • Levoni Pert - Լեւոնի Բերդ Armenian

Description

Français

Histoire

Le château de Yilanli kale – littéralement le château du Serpent – commande, à l’instar de Tumlu, un gué sur le fleuve Ceyhan, véritable artère de la région cilicienne. Située au cœur de la vaste plaine maritime, cette impressionnante forteresse fut, tout au long de son histoire, soumise aux affres des invasions provenant tant d’Occident que d’Orient. Pourtant, bien peu de détails nous sont parvenus. On sait seulement que son destin fut, au début du XIIème siècle, intimement lié à celui de la principauté d’Antioche, avant qu’elle n’entre dans le giron du royaume de Petite Arménie, fondé par Leon Ier. Les Mamelouks s’en emparèrent ensuite avant de s’incliner face aux Ottomans, partis à la conquète totale de l’ancien Empire byzantin.

Les vestiges de la citadelle, parmis les mieux préservés de la région, enferment en une pluralité d’enceintes de vastes salles et logements ainsi qu’un puissant réduit orienté vers le nord. Pas moins de deux porteries flanquées de tours rondes doivent être franchies avant d’atteindre la partie haute du site. Sans avoir les dimensions de Anavarza, la taille des dispositifs encore visibles – notamment les citernes – laisse penser qu’une population nombreuse pouvait être abritée en son sein.

L’homogénéité de l’appareil employé pour les courtines – utilisation de bossages grossiers – de même que l’emploi quasi systématique de tour rondes – à l’exception de la tour maitresse au nord – suggère que les auteurs de l’édifice sont arméniens. Par ailleurs, certaines modifications semblent avoir été apportées aux porteries, tout comme sur les sites proches de Tumlu et Babaoglu. Ces modifications, comme l’ajout d’un bastillon carré flanquant le front sud par l’est, sont très probablement d’origine mamelouke. L’église castrale est encore assez bien conservée et avait été érigée dans la partie haute du château. Afin d’y accéder, on doit emprunter la porte la plus importante qui arbore encore aujourd’hui la marque supposée de Léon Ier, entourée de deux lions.