Arima

Syrie | Comté de Tripoli

Visites : 2002, 2008


Toponymes connus

  • Arima
  • Qalaat Arima - Qal‘at ‘Arīma / قلعة العريمة Arabic

Description

Français

Histoire

Assurant la défense de Tortose, le château d’Arima, situé au nord-est du djebel Ansarieh, avait aussi pour rôle de garder la plaine de la Boquée qui menait à Homs. Si la date de sa construction originelle est inconnue, on sait que la place appartenait en 1148 au comte de Tripoli Raymond II, arrière petit-fils du grand Raymond de Saint-Gilles.

A l’occasion de la deuxième croisade survinrent le comte de Toulouse, Alphonse-Jourdain et son fils Bertrand, héritiers en Occident des terres de Raymond de Saint-Gilles. Craignant – avec raison – de voir de nouveaux compétiteurs lui disputer son patrimoine, Raymond II fit vraisemblablement empoisonner Alphonse à Césarée. Son fils Bertrand entreprit tout de même et seulement peu de temps après, de s’implanter dans le comté, précisément en s’emparant d’Arima, position fort judicieusement choisie car coupant la route de Tripoli à Tortose , les deux principaux centres du comté. Raymond II n’hésita alors pas à faire appel à Nur al-Din ( mi-Septembre 1148 ) qui vint avec empressement de Baalbeck assiéger la citadelle. Bertrand se défendit vaillamment mais les mineurs musulmans parvinrent à pratiquer une trouée dans la muraille ; le pauvre Bertrand dut se rendre et croupit 12 ans dans les geôles alépines tandis que sa sœur, moins chanceuse, intégra le harem de Nur al-Din. Ainsi en allait-il au temps des Croisades…

En 1171, le même Nur al-Din vint s’emparer de la citadelle, en même temps que de Chastel Blanc , « qui furent emportées d’assaut et démolies ». Peu de temps après, le site, reconstruit, échut à l’ordre du Temple, plus à même de défendre ce genre de position exposée. Il fut néanmoins temporairement pris par Saladin en 1187, avant de cesser d’être franc en 1291, date à laquelle il fut évacué.

Description

Le château, bien que très ruiné, offre néanmoins un ensemble digne d’intérêt : couvrant une surface d’à peu près 300 mètres de longueur, il se compose de deux basses cours successives et d’une redoute fortifiée. Ces trois éléments sont séparés les uns des autres par deux fossés parallèles. La redoute consiste en une enceinte flanquée de tours carrées, une tour de plus grande ampleur commandant l’entrée au milieu du front ouest. D’Arima, il est possible d’apercevoir au nord le château de Safita et celui de Gibelacar au sud.