Tafilet

Jordanie | Terre d'Oultre Jourdain

Visites :


Toponymes connus

  • Tafilet
  • Taphila
  • Traphila Latin
  • Tafilé - الطفيلة Arabic

Description

Français

Histoire

La terre d’outre-Jourdain, qui figurait sur plusieurs centaines de kilomètres la frontière orientale du royaume de Jérusalem, resta pendant l’occupation franque le lieu d’un intense trafic d’hommes et de biens, ainsi que le passage quasiment obligé du Hajj, pèlerinage annuel à la Mecque. Pour contrôler ces voies commerciales et caravanières, les Francs érigèrent dans un premier temps de vastes citadelles regroupant la majeure partie des troupes, puis réutilisèrent en second lieu, entre les forteresses majeures, de petits points fortifiés permettant d’asseoir et de diffuser encore l’autorité des princes d’outre Jourdain.

Tafilet était l’un de ces fortins relais entre les deux places les plus fortes de la région : Mons Regalis et Kérak de Moab. Il n’en reste aujourd’hui que peu de vestiges.

Seule une tour maîtresse se dresse encore avec un certain aplomb au milieu des habitations modernes, présentant par endroits des traces d’ appareil manifestement franc, l’ensemble ayant certainement été largement remanié depuis. L’emplacement n’en reste pas moins stratégique : sur trois versants du mamelon des pentes abruptes plongent vers de profonds wadi , tandis que sur le quatrième, la route sinue le long du massif montagneux qui domine la région.

Seule une date fait référence à Tafilet dans les chroniques et nous permet d’entrevoir son histoire. En aout et septembre 1156, une colonne égyptienne parvins au cœur de la princée. Elle avait pour but d’attaquer Mons Regalis et Taphilet. Tout juste sait-on qu’elle revint en Egypte avec butin et prisonniers, aprés avoir ravagée les régions avoisinnant les deux places fortes.

La dernière mention précise date de 1177. On connait alors l’identité du seigneur ayant en charge d’administrer le fortin. Il s’agit d’un certain “Martin, seigneur de Tafilet”. Son nom n’a pas été oublié, parmi le nombre de ceux des lignages d’outre mer. Il est ensuite possible de supputer que le fortin dû tomber aux mains des Musulmans peu de temps après la chute de Kérak et du Mons Regalis .