Archas

Liban | Comté de Tripoli

Visites : 2006, 2008


Toponymes connus

  • Archas Med.
  • Arqa - ʿArqā / عرقا Arabic Contemp.

Description

Français | Deutsh

Histoire

La petite ville fortifiée d’Archas était une place hautement stratégique au temps des Croisades, car elle commandait la passe entre le djebel ’Akkâr et la côte, contrôlant ainsi la route reliant Tortose et Tripoli, les deux pôles du comté du même nom.

Les premiers Croisés – nommément Raymond de Saint-Gilles – ne s’y étaient d’ailleurs pas trompés, assiégeant la place malgré les témoignages de bienveillance des Banû ‘Ammâr – gouverneurs de Tripoli – qui espéraient voir s’éloigner au plus vite les vigoureux athlètes du Christ, moyennant un important tribut. De son coté, le comte de Toulouse, ébahi par la richesse de Tripoli, conçut le projet d’obtenir de son gouverneur un tribut plus élevé. Archas était alors dotée d’une puissante forteresse, au centre d’une « contrée prospère où l’eau abondait, avec des hauteurs couvertes de forêts, des côteaux plantés (…) une ville populeuse et riche, alimentée en eau par un aqueduc ». Mais, rejoint entre temps par le reste de l’ost qui s’était attardé à Gibel, et n’ayant pu venir à bout de la résistance de la ville, il dut remettre à plus tard ses rèves de fondation d’un comté provençal au Liban, levant le siège d’Arqa « désespéré et en larmes ». Ce fut son cousin Guillaume Jourdain, comte de Cerdagne, qui s’empara finalement de la ville, après trois semaines de siège (mars-avril 1108).

Un demi siècle plus tard (1167), Nur al-Din, profitant de la captivité du comte de Tripoli Raymond III, vint ravager ses terres et tenta – sans résultat – d’enlever la place d’Arqa. Peu après, le roi de Jérusalem Amaury Ier, qui exercait alors la régence à Tripoli, confia la garde de la ville aux Hospitaliers, donation que le comte Raymond III (rendu à la liberté par les bons offices de l’ordre), confirma cinq ans plus tard. En l’an de grâce 1171, l’atabeg de Mossoul revint assiéger la forteresse qui résista à nouveau, non sans voir cette fois-ci son faubourg ruiné. L’histoire connue d’Archas se termine ici. On peut toutefois être sûr que la citadelle et la ville furent prises au moment de l’effondrement du comté de Tripoli.

Description

Les fouilles qui furent menées ne concernent qu’une partie infime du tell. Des phases d’occupation remontant au bronze ancien ont été mises à jour. On retiendra notamment la découverte de nombreux récipients contenant des milliers de graines de blé, vieilles de plusieurs milliers d’années !

Concernant l’époque médiévale, un fragment de glacis, les soubassements de l’enceinte urbaine ainsi qu’une petite citerne ont notamment été identifiés.